Pôle de santé pluridisciplinaire
du territoire
de Saint-Savin (33)

 

HAUTE-GIRONDE: Pôle de santé: le point deux ans après

 

 

 

1er prix de l'innovation sociale 2015 pour le Centre Intercommunal d'Action Sociale Latitude Nord Gironde pour la mise en place du Pôle de Santé Pluridisciplinaire du territoire de Saint Savin

 

Mise en réseau coordonnée de professionnels de santé libéraux répartis sur différents cabinets médicaux. Articulation avec les professionnels des secteurs social, médico-social, hospitalier et les élus du territoire afin de lutter ensemble contre la désertification médicale et permettre la continuité et l’accès aux soins pour les habitants, et ce de manière durable.

Source : UNCCAS

 

 

 

 

 Haute Gironde : Plutot qu'une maison, un pôle santé (33)

18 avril 2016

Le pôle de santé pluridisciplinaire du territoire de Saint-Savin est reconnu depuis décembre 2014 par l'agence régionale de santé d'Aquitaine. Après avoir été lancé par le centre intercommunal d’action sociale (CIAS) Latitude Nord Gironde de la communauté de communes du même nom, il est porté par les professionnels de santé fonctionnant en réseau.

Moins connus que les maisons de santé, les pôles de santé poursuivent le même but : réunir les conditions donnant envie aux professionnels de santé de rester, ou s'installer, dans des zones a priori peu prisées. Avec un principe différent : plutôt que proposer un regroupement dans un même bâtiment, le pôle santé met réseau des professionnels de santé libéraux qui restent répartis dans différents cabinets médicaux. Pour les élus de la communauté de communes Latitude Nord Gironde (16 communes, 23.572 habitants), c’est la possibilité de maintenir des cabinets médicaux existants qui a motivé leur choix.

Choix de la mise en réseau pour préserver la proximité

Le CIAS a porté le projet de pôle santé depuis l’origine. A la suite d’un constat sur les risques de désertification médical dressé par les élus, puis confirmé par des médecins, un diagnostic santé social a été commandé puis remis en 2013. Il a conforté cette analyse et mis en avant les spécificités du territoire : il n’existe pas de centre bourg, et les cabinets médicaux et infirmiers sont bien répartis dans plusieurs gros villages. Les élus souhaitaient préserver cette proximité.
Le concept du pôle de santé répondait à cette aspiration, puisqu'il ne s'agit pas de regrouper des professionnels mais de les mettre en réseau, notamment grâce aux moyens numériques qui ouvrent de nouvelles modalités de partage de données médicales. Des pratiques qui sont de nature à attirer de jeunes praticiens, désormais peu enclins à travailler seuls dans leur coin.

Les élus en première ligne pour convaincre

"Il faut du temps pour faire mûrir ce type de projets, souligne la chargée de mission santé du CIAS, Virginie Evrard. Au départ, une petite poignée de professionnels libéraux se sont investis, or ils sont aujourd'hui plus d'une vingtaine de professionnels parties prenantes du pôle. Il faut être persévérant : inviter, expliquer, réexpliquer, ne rien lâcher." Pour cela, le CIAS a bien sûr associé dès le début les professionnels libéraux en les rencontrant individuellement et en collectif, avec des médecins internes ou d'autres professionnels, au gré de tables rondes.
En mars 2013, les élus ont profité de la restitution du diagnostic d’étape pour alerter les médecins sur les risques d’une position attentiste : "Nous leur avons clairement dit que s'ils ne se saisissaient pas du projet, nous ne pourrions aller plus loin", explique le vice-président du CIAS, Christian Boulan. La conviction des élus fait mouche. Une quinzaine de professionnels, dont cinq médecins acceptent de tenter l’aventure.
Les élus dégagent des moyens pour accompagner l'avancement du projet, en acceptant que la chargée de mission Santé du CIAS y consacre une part importante de son temps.

Convention d’appui avec le CIAS pour les trois premières années

L'ARS a aidé au démarrage du pôle, la région Aquitaine au financement des équipements numériques. En novembre 2013, le pôle est constitué sous forme associative sous l’intitulé "pôle santé pluridisciplinaire du territoire de Saint-Savin". En 2014, une fois le pôle labellisé, il passe une convention avec le CIAS qui continue d’apporter son appui technique et politique durant trois ans. Le temps que le projet prenne réellement son autonomie.
"Il est important de montrer aux professionnels que nous nous engageons sur la durée", souligne l’élu. La chargée de mission Santé du CIAS travaille par exemple à l'inscription du pôle comme pilote d'un projet de consultations de plaies à domicile. Elle s'occupera pour cela notamment de gérer le contrat de télémédecine, en relation avec les infirmières.

Le travail de coordination de cinq professionnels de santé peut être rémunéré

Depuis mars 2015, le pôle santé du territoire de Saint-Savin est inscrit dans le fichier national des établissements de santé. Après s'être approprié le projet, les professionnels le portent et fédèrent leurs collègues. Depuis janvier 2016, le pôle peut prétendre aux nouveaux modes de rémunération, ce qui permet de rémunérer le temps passé à de coordination pour les professionnels de santé libéraux.
"L'un des résultats les plus éloquent, c'est le nombre de praticiens engagés dans le pôle : beaucoup étaient au départ plus que réticents, dubitatifs à l'idée d’un nouveau type de coordination, voire hostiles à ce que les élus s'en mêlent. Ils étaient une quinzaine il y a deux ans, ils sont 24 aujourd'hui, Aujourd'hui, trois ans après, beaucoup nous disent que cet investissement en temps valait le coup", se félicite l’élu. A suivre..

Emmanuelle Stroesser / Agence Traverse pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info

 

 Sud Ouest : le désert médical va reculer

Le déser médical va reculer

 

Haute Gironde : Les acteurs de santé ensemble pour le territoire de Saint-SavinLes acteur de santé ensemble